GOYA Les Caprices

Les Caprices

Artiste : Francisco GOYA

Année : 1799

Technique : Eau-forte et aquatinte

Format : 223 * 316 mm

Certificat : Certificat de la galerie

Numéro de série : 03/80

Indication de série : 80 gravures

Editeur : 2ème édition 1855

Description :
2ème édition (1855) 80 gravures à l’eau-forte et aquatinte
Expertisé par Sylvie Collignon, membre du syndicat des experts professionnels en œuvres d’art. Première des 4 suites de Goya, "les Caprices" est la plus célèbre pour plusieurs raisons :
Très importante en nombre - 80 planches
La seule à être imprimée du vivant de l’artiste qui a pu en contrôler tous les paramètres.
Célèbre pour son histoire extraordinaire car à peine mise en vente en 1799, au bout de 2 jours les volumes furent retirés de la vente en raison des menaces qu’auraient fait peser la sainte Inquisition. 27 volumes furent vendus. En 1803 Goya fit cadeaux des exemplaires restants (240) et des cuivres à la Calgografia Nacional.
Enfin la plus célèbre car depuis sa diffusion « les Caprices » a été l’objet de nombre de controverses, d’analyses et d’exégèses sur la signification de ces planches.

1000,00€


Réserver votre oeuvre






*Champs obligatoire
Conformément à la loi «informatique et Libertés» du 06,01,1978 modifié en 2004, vous pouvez pour des motifs légitimes, au traitement informatiques de vos coordonnées, bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification aux informations qui vous concernent, en vous adressant à L’Incartade - 37 rue Basse, 59200 Lille.

Francisco GOYA (1746 - 1828)

Peintre admiré, reconnu des grands de son temps, il peint de nombreux sujets religieux, reçoit des commandes de l'aristocratie pour des portraits ou des scènes galantes dans le plus pur style du XVIIIème siècle. Il devient premier peintre du roi en 1786, charge qu'il conservera à chaque succession royale et quand, en 1808 Napoléon envahit l'Espagne et installe sur le trône son frère Joseph, ce dernier confirmera Goya dans sa fonction qu'il acceptera. Mais peintre de cour, il portraiture l'aristocratie espagnole sans complaisance et parfois une certaine cruauté pour ses sujets, ce dont il n'eut pas à souffrir car Goya n'avait pas son pareil pour détourner l'attention vers un accessoire ou un vêtement de nature plus séduisante, redonnant ainsi un peu d'éclat à la médiocrité.

Autres oeuvres de cet artiste